Avoir un enfant timide

 

La timidité est stigmatisée dans la société, en particulier les garçons sensibles se sentent incompris. 

La timidité est un trait de personnalité, pas une faute.

Mon enfant est conscient de lui, compatissant, observateur, curieux et agréable. Il a besoin de temps pour aller vers les autres, mais finalement il est content de faire partie du groupe.

Ayant été moi-même introvertie dans l’enfance, je réalise l’importance de nourrir la confiance de mon enfant. J’aimerais qu’il se sente responsabilisé dans sa sensibilité.

J’aimerais aussi qu’il soit lui-même, pas une version moulée de lui-même qui ait à correspondre aux normes sociales et sociétales.

Je ne veux pas qu’il ait l’impression de devoir changer qui il est pour obtenir la reconnaissance des autres.

Ce que je veux que mon enfant sache, c’est:

  1. Qu’il est respecté. Je respecte son besoin de temps et d’espace.
  2. Qu’être sensible / timide / introverti n’est pas mauvais en soi.
  3. Que je serai toujours là à l’aimer, à l’encourager et à le guider.

Ce que je veux que les autres sachent c’est:

1.Que La timidité et la sensibilité sont des traits de caractère.

2.Que mon enfant a droit au respect.

3.Qu’il n’est pas nécessaire d’étiqueter mon enfant en tant que « timide » ou « collant ». Il a le droit d’être (de se sentir) timide, d’observer et de prendre le temps d’intervenir quand c’est le bon moment pour lui.

  1. Qu’avec la sensibilité vient la perspicacité, la créativité et l’empathie.      

5.Que quand je me sens mis au défi en tant que parent avec un enfant sensible, j’apprends aussi.

                                            A RETENIR…

 

Être parent d’un enfant sensible est un équilibre délicat à trouver entre d’une part favoriser l’épanouissement de son enfant dans les limites qui sont les siennes et d’autre part, notre volonté de le surprotéger pour qu’il se sente intégré.

Préparez son enfant aux événements ou aux éventuels changements qui, selon vous, pourraient le déstabiliser en communiquant par exemple sur ces derniers et comment il pourra alors s’y sentir plus à l’aise.

Discutez à la fois de nos ressentis et des siens est une bonne façon de désamorcer les émotions contenues.

En validant par l’écoute et le dialogue les préoccupations de son enfant, il saura qu’il n’est plus seul à vivre cette situation isolante et fort de cette richesse, se sentir plus fort, compris et soutenu.

Votre amour est inconditionnel et ce faisant il défait les entraves et souffle dans les voiles… en avant toute vers l’autonomie, la liberté et la joie.

Vous pouvez nous trouver sur Facebook, Instagram et You tube 

Likez et partager